ETE 2010 : QUELQUES REFLEXIONS POUR ACCUEILLIR TOUS LES ENFANTS, TOUS LES ADOLESCENTS

Mis à jour le mercredi 20 octobre 2010 | Ressources diverses pour le directeur

Comme les autres années, l’été sera, en 2010, un temps fort d’accueil collectif de mineurs dans des structures de loisirs, qu’elles soient dites « de proximité » ou de type « centre de vacances ». Ces structures accueilleront pour la plupart des enfants et des jeunes d’origines culturelles et de croyances diverses, un certain nombre de ces enfants et jeunes pratiquant, à des degrés divers, une religion, d’autres étant croyants sans pour autant être réellement pratiquants, d’autres encore se disant agnostiques, ou bien athées.

Les structures laïques visent à accueillir un maximum d’enfants et de jeunes sans distinction d’origines, de cultures, de croyances. Comme lors de toutes les périodes, des enfants et des jeunes musulmans vont pratiquer des activités au sein de ces structures. Des animateurs de confession musulmane vont également encadrer des publics. De même la mise en place de séjours internationaux va être l’occasion de partager des temps de vie avec des enfants, des jeunes, des animateurs, issus de différents pays du monde.

Nous savons que la pratique du Ramadan est un des piliers de l’Islam, qui concerne une partie importante des musulmans en France et dans le monde. Durant ce mois, les musulmans pratiquants jeûnent à partir de la puberté. Certes, on pourrait évoquer le Coran et la possibilité qu’il laisse à tout musulman de reporter la période de jeûne. Cet argument risquerait de nous entraîner dans des considérations théologiques qui ne sont pas de la compétence d’une organisation laïque.

Pour ce qui concerne notre fédération, dans le sens des orientations du congrès de Nantes, confirmées à Bordeaux « Agir pour mettre en vie le principe de laïcité, ferment de la cohésion sociale » il nous semble important d’informer notre réseau d’organisateurs pour que les structures ne découvrent pas au dernier moment cette réalité et la prennent en compte dans la préparation de leurs activités de l’été. Il nous paraît indispensable que les élus des associations organisatrices et les équipes d’animation puissent anticiper et réfléchir, au regard de leur projet, au type d’organisation qu’ils souhaitent et peuvent mettre en place, afin de pouvoir en informer les enfants, les jeunes et leurs parents.

En s’appuyant sur les outils que la fédération a créés ou contribué à créer, CD laïcité, site la laïcité à l’usage des éducateurs, les équipes peuvent travailler sur cet objet avec les instances des œuvres organisatrices.

Quelques éléments peuvent être pris en compte pour engager cette réflexion :

- Les structures laïques ne peuvent ignorer qu’elles accueillent des enfants et des adolescents sans aucune confession et de toutes confessions. Si les pratiques religieuses relèvent du domaine privé, elles ont une certaine visibilité dans l’espace public.

- La vie quotidienne proposée à l’intérieur des structures de loisirs et de vacances doit viser à favoriser le bien-être de tous et ne peut être organisée en fonction des besoins et des attentes d’un seul groupe d’enfants ou d’adolescents d’une même confession.

- Si les fidèles d’une même religion se réfèrent à des textes communs, ils en font des lectures et des interprétations diverses. Il est donc illusoire de penser trouver un mode d’organisation qui convienne à tous les pratiquants d’une même religion (certains notamment peuvent avoir des demandes auxquelles on ne peut apporter de réponses dans un cadre collectif).

- Le cadre collectif des centres de loisirs et de vacances ne sera pas par nature facilitant pour les jeunes et les animateurs faisant le Ramadan. Il est possible que beaucoup d’entre eux préfèrent ne pas fréquenter ce type de structure cet été, trouvant le Ramadan trop complexe à effectuer dans ce cadre là. Les activités, les repas… ne pourront être totalement organisés et mis en place en fonction des horaires propres au Ramadan. Néanmoins, le mode d’organisation choisi devrait pouvoir permettre aux jeunes et aux animateurs de fréquenter des espaces éducatifs de loisirs sans remettre en question leurs convictions et leurs pratiques religieuses. La rupture du jeûne (temps qui peut être relativement court), par exemple, pourrait se dérouler pendant le temps de vie quotidienne, sans que cela n’occasionne de gêne particulière pour les autres enfants et animateurs, ni ne remette en cause le caractère laïque des structures concernées.

Si des enfants, des adolescents fréquentent des centres de vacances ou de loisirs cet été tout en faisant le Ramadan, ils auront la nécessité de s’alimenter suffisamment lors des repas du matin et du soir pour pouvoir pratiquer les mêmes activités que les autres tout au long de la journée. Néanmoins, la grande amplitude horaire journalière de la période de jeûne et les fortes chaleurs du mois d’août risquent de faire courir des dangers aux adolescents. Cette question devra être réellement prise en compte par les équipes d’animation pour accueillir en toute sécurité.

- Si les équipes d’animation ne peuvent ignorer la dimension collective des pratiques religieuses, elles veilleront néanmoins à ce que les choix des enfants et des jeunes en la matière restent individuels et à ce qu’aucun prosélytisme d’aucune sorte ne s’exerce à l’intérieur des structures laïques.

- Quels que soient les modes d’organisation qui seront mis en place (au regard des choix éducatifs et des contraintes réglementaires) par les équipes d’animation, ces dernières devront, bien en amont des séjours, les présenter aux parents, afin de pouvoir échanger avec eux sur les raisons des choix qui auront été effectués.

Pour conclure, en anticipant la question du Ramadan (sans focaliser non plus sur cette pratique, ni stigmatiser les musulmans) et en faisant preuve de bon sens dans l’organisation des activités du mois d’août, les structures socio-éducatives laïques et les équipes d’animation pourront proposer un cadre permettant l’accueil, dans le respect mutuel, d’une diversité d’enfants et d’adolescents. Faisons que le hasard du calendrier soit l’occasion, cette année, pour ces différents enfants et adolescents, de dialoguer, d’échanger encore davantage, afin de mieux se connaître, se comprendre et de construire ainsi plus de vivre ensemble, plus de cohésion sociale.

Copyright © Les Francas de Lorraine et Champagne-Ardenne | Edité par EVOCION | Mentions légales | Partenaires | Nous contacter